samedi 15 octobre 2016

Super Président est enfin là !

Super Président est là !


Chers tous,
Connaissez vous super président?

Il reprends les propositions de tous les candidats à la présidentielle et en fait un programme
Il utilise le site de démocratie participative www.livedem.org


https://youtu.be/ESMlWEfb-Mk

Vous aussi faites votre vidéo de super président et allez sur www.livedem.org

jeudi 6 octobre 2016

Stratégie de Livedem.org

Chers citoyens,
Nous avons essayé pendant plus de 2 ans de vous donner la parole, de vous laisser faire vous même des propositions.

Force est de constater que la mayonnaise n'a pas pris.

Pourquoi? Nous avons quelques idées mais la principale étant selon nous qu'il est compliqué de formaliser par écrit une idée.

Ainsi, nous allons faire différement à l'approche des élections présidentielles 2017.

Nous allons donc reprendre les propositions de tous les candidats aux primaires sur www.livedem.org

A tres vite

jeudi 15 septembre 2016

MRC : Hinkley Point : pour le meilleur et pour le pire


Communiqué de Jean-Luc Laurent, président du MRC et député du Val-de-Marne, jeudi 15 septembre 2016.


Le gouvernement anglais vient de donner son feu vert au projet d’EPR à Hinkley Point. J’ai beaucoup de réserves sur la compatibilité entre cet investissement lourd et la situation actuelle d’EDF mais maintenant que la décision est prise entre les trois parties françaises, anglaises et chinoises, il faut s’assurer de la réussite de ce projet important qui concrétise une relance du nucléaire civil en Europe. Le gouvernement français devra surtout s’assurer qu’EDF évolue dans un environnement favorable en France. 

Après Taishan et Flammanville, Hinkley Point sera le troisième projet EPR construit par EDF et je ne doute pas de la capacité technique des équipes d’EDF à le mener à bien. J’ai visité le chantier de Flammanville au mois de juin et j’ai vu à l’œuvre le savoir-faire français, trop longtemps laissé en jachère. Il est par contre essentiel que le gouvernement français soit intransigeant sur le prix garanti d’achat de l’électricité produite à Hinkley Point qui assure l’équilibre d’un investissement de 23 milliards d’euros. Ce prix ne devra être ni révisé ni rogné par des dispositions fiscales. 

La véritable difficulté d’Hinkley Point, c’est l’environnement dans lequel évolue EDF. 

La loi de transition énergétique a mis l’accent sur la montée des renouvelables et la diversification du mix électrique français mais ces politiques n’ont de sens que si la base est assurée. La base, c’est l’électricité nucléaire produite en grande quantité, en haute tension et sans intermittence par nos centrales. Nous devons cesser d’avoir le nucléaire honteux, surtout que le nucléaire est la première énergie sans carbone. Aujourd’hui, le marché européen de l’électricité ne fonctionne pas: on survalorise les renouvelables très bien subventionnés, la faiblesse des prix de gros favorise les énergies carbone. La fermeture idéologique de Fessenheim va handicaper EDF et un gouvernement conséquent devrait y renoncer. La libéralisation des barrages hydroélectriques, différée mais jamais enterrée par le gouvernement sous la pression de Bruxelles, fragiliserait l’entreprise. 

L’Etat doit achever la restructuration de la filière nucléaire pour permettre à la France d’assurer le grand carénage, de planifier le renouvellement du parc et aussi de se relancer à l’export. EDF s’est d’autant plus accroché au lancement rapide d'Hinkley Point que c’était son seul projet export…alors que le marché du nucléaire civil a un avenir et la filière française doit prendre sa part. 

Pour EDF, l’Etat doit être un actionnaire soucieux du long terme et pas simplement de ses dividendes. L’Etat demande beaucoup à EDF mais l’Etat a aussi la responsabilité de créer un environnement économique et règlementaire qui assure l’indépendance énergétique, la sécurité d’approvisionnement, la compétitivité et le développement durable. 

Lu 293 fois

Jean-Luc Laurent
Président du Mouvement Républicain et Citoyen, député du Val-de-Marne. En savoir plus sur cet auteur

Les republicains : La lettre d'information du 13 septembre 2016


les Républicains
La lettre d'information du 13 septembre 2016

Point presse

Migrants
Il y avait un Calais, désormais il y aura des centaines de Calais sur le territoire. C'est un scandale politique.

Alstom
François Hollande et le gouvernement socialiste manquent cruellement de stratégie industrielle.

Primaire
50 000 adhérents ont parrainé un candidat. C'est déjà une belle réussite !

En bref

Royan
Laurent Wauquiez : "Notre travail : continuer à proposer et s'opposer à François Hollande."

Guilherand-Granges
Laurent Wauquiez : "Nous, les Républicains, nous voulons défendre les notions de respect, de travail, d'autorité."

François Hollande
Eric Woerth : "François Hollande inaudible face à la menace terroriste."

Handicap
Eric Woerth : "François Hollande, une politique fiscal sans cohérence.

Éducation
Nouveau couac entre le Premier ministre et la Ministre de l'éducation.

Fiscalité
Les personnes handicapées encore une fois spoliées par François Hollande.

Permanence

Primaire

Dessins d'actu

jeudi 8 septembre 2016

Lettre envoyé par le Mouvement Républicain et Citoyen, Jean-Luc Laurent


Alstom: après le dégoût, la réaction

Communiqué de Jean-Luc Laurent, président du MRC et député du Val-de-Marne, jeudi 8 septembre 2016.


De bout en bout du quinquennat, le dossier Alstom aura été synonyme d’abandon et de mensonges. 

Lorsque Patrick Kron, l’ancien PDG, a décidé de mutiler Alstom au profit de General Electric, il utilisait un argument: le futur Alstom, recentré sur le transport, conforté financièrement par la vente de ses activités énergie serait un champion industriel. 

Avec l’annonce de la fermeture de l’usine de production de Belfort, les masques tombent une fois de plus. 

Pour ceux qui pensaient qu’il y avait autre chose que la seule rapacité de l’ancien PDG et des cadres dirigeants derrière l’opération General Electric, il n’y a plus aucun doute. Pour ceux qui pensaient que le départ de M.Kron, sauveur en 2004 devenu fossoyeur en 2014, marquerait un nouveau départ pour l’entreprise, la déception est immense. 

La nouvelle équipe dirigeante d’Alstom démontre qu’elle ne comprend pas son entreprise, son histoire, sa richesse et surtout la logique industrielle territoriale construite pendant des décennies. Une entreprise n'est pas hors-sol ! 

L'annonce de la fermeture de Belfort est d’autant plus sidérante qu’elle suit plusieurs bonnes nouvelles: le contrat américain (même si on sait que le protectionnisme intelligent des Etats-Unis oblige à le construire sur place), le partenariat avec la SNCF sur le TGV du futur. .. 

L’accord de juin 2014 prévoit que l’Etat monte au capital d’Alstom en rachetant les actions de Bouygues (plus de 20% d'Alstom). Aujourd’hui, l’Etat n’est malheureusement qu’un actionnaire virtuel puisque Bouygues lui prête simplement ses actions et ses droits de vote. Il est urgent que l'Etat devienne comme prévu en 2014 l'actionnaire principal d'Alstom et remette un peu d’intérêt général et de vision sociale dans cette entreprise industrielle. 

En février 2016, Michel Sapin et Emmanuel Macron écrivaient dans un communiqué commun: grâce au prêt des actions de Bouygues l'Etat accompagnera le nouvel Alstom dans la "conduite de son projet industriel". 

Il va falloir passer de la parole aux actes.

08/09/2016